Le Machu Picchu

Marine plissait légèrement les yeux, son réveil venant d’être dérangé par son adorable père. Il était cinq heures du matin, et nous avions quatre heures de route à faire pour arriver à notre destination. Joyeuse comme à l’habitude, elle ne se préoccupait pas des pronostics météorologiques de 80 % de risques d’orage, à l’heure précise … Continuer à lire Le Machu Picchu

« Hey, Marine est-tu correcte pour aller au Machu Pichu ?

« Hey, Marine est-tu correcte pour aller au Machu Pichu ? ». Assis dans mon salon deux secondes après avoir payé billets d’avion, de train et de bus juste pour aller là, je me retourne vers Julie et lui demande « Hum, pourquoi ? ». Elle me répond que y’a des gens qui souffrent de l’altitude, là-bas. Les mains … Continuer à lire « Hey, Marine est-tu correcte pour aller au Machu Pichu ?

こんにちは les chums ! (Kon’nichiwa les chums !)

Salut les copains ! J’espère que vous allez bien. Moi ? Je suis confortablement assis sur le vol AC5. Direction ? Tokyo ! Marine et Julie dorment paisiblement  (voir photo ci-bas). Le japonais au visage masqué, assis à ma droite, les accompagne sans craindre de participer à une transmission de virus (voir autre photo ci-bas). … Continuer à lire こんにちは les chums ! (Kon’nichiwa les chums !)

Les musulmans

Sortir de la Palestine a été plus compliqué que d’y entrer. Et surtout, que d’y rester. Si près, et si loin en même temps d’Israël. Une semaine n’aura pas été suffisante pour comprendre l’incompréhensible. Mais assez pour en avoir une idée. Notre expérience au Jalameh checkpoint en est un bon exemple. Il est 14h quand … Continuer à lire Les musulmans

« C’est tu toujours malade comme ça, les hostel ? »

20h. J’étais assis dans l’avion, direction Montréal. La fiesta mexicaine tirait à sa fin. Signe du temps et peut-être par nécessité de sevrage, la compagnie aérienne n’avait que de la bière light à nous offrir. Quatre jours auparavant, on passait pourtant notre avant-dernière soirée à San Cristobal de las Casas. La soirée free mojitos savamment … Continuer à lire « C’est tu toujours malade comme ça, les hostel ? »